Le financement de ce site est assuré par vos dons, merci!
 
Le plaisir et la douleur
aide

La quête du plaisir

L'évitement de la douleur


Liens
AideLien : The Hypothalamus and the Pleasure-Pain AxisLien : The Role of the HypothalamusLien : LE SYSTÈME DE RÉCOMPENSE DU CERVEAU
Lien : Do you feel your nucleus accumbens, punk? Well, do ya?Lien : Une équipe de scientifiques identifie la partie du cerveau nous permettant de «penser à deux reprises»Expérience : Menstrual cycle phase modulates reward-related neural function in women
Capsules originales
Outil : Un modèle neuroanatomique et psychologique de l'anxiété. Un modèle neuroanatomique et psychologique de l'anxiété

Le piège du « centre » d’une fonction cognitive dans le cerveau

Henri Laborit : une pensée plus actuelle que jamais

Ces molécules qui nous font courir

Suivre le labyrinthe mental de nos pensées

Les régions cérébrales impliquées dans le renforcement positif d’un comportement sont aussi impliquées dans la sensation de plaisir chez l’humain. Même si les behavioristes radicaux ont ignoré le concept de plaisir pour rendre compte d’un renforcement positif, on peut utiliser indistinctement les deux concepts chez l’humain où l’expérience subjective du plaisir est généralement évoquée spontanément pour expliquer un comportement renforcé.

D’ailleurs, l’expression «centres du plaisir du cerveau» introduite par Olds dans son article de 1956 demeure valable pour décrire les bases neuronales de la récompense. Mais le mot «centre» (qui suggère un lieu unique) a été peu à peu remplacé par le mot «système» (qui met l’emphase sur de multiples groupes de neurones) à mesure que de nouvelles voies neuronales étaient découvertes.

LES CENTRES DU PLAISIR

Les principaux centres du circuit de la récompense ont été localisé le long du MFB (“medial forebrain bundle”). L’aire tegmentale ventrale (ATV) et le noyau accumbens constituent les centres majeurs de ce circuit qui en comporte plusieurs autres comme le septum, l’amygdale, le cortex préfrontal ainsi que certaines régions du thalamus. Chacune de ces structures cérébrales participerait à sa façon à divers aspects de la réponse comportementale.



De plus, tous ces centres sont interconnectés et innervent l'hypothalamus (flèches rouges), l'informant de la présence d'une récompense. Le noyau latéral et le noyau ventromédian de l’hypothalamus sont particulièrement impliqués dans ce circuit de la récompense.

 

 

L’hypothalamus agit alors en retour non seulement sur l’aire tegmentale ventrale, mais aussi sur les fonctions végétatives et endocrines de tout le corps par l’entremise de l’hypophyse.

Les stimulations aversives provoquant la fuite ou la lutte activent quant à elles le circuit de la punition (ou "periventricular system" (PVS) ) qui nous permet de faire face aux situations déplaisantes. Mis en évidence par De Molina et Hunsperger en 1962, ce système implique différentes structures cérébrales dont l’hypothalamus, le thalamus et la substance grise centrale entourant l’aqueduc de Sylvius. Des centres secondaires se trouvent aussi dans l’amygdale et l’hippocampe.

Ce circuit fonctionne dans le cerveau grâce à l’acétylcholine et stimule l’ACTH (« adrenal cortico-trophic hormone »), l’hormone qui stimule la glande surrénale à libérer de l’adrénaline pour préparer les organes à la fuite ou la lutte.

Il est intéressant de noter que la stimulation du circuit de la punition peut inhiber le circuit de la récompense, appuyant ainsi l’observation courante que la peur et la punition peuvent chasser bien des plaisirs.

Le MFB et le PVS sont donc deux systèmes majeurs de motivation pour l’individu. Ils incitent à l’action afin d’assouvir les pulsions instinctives et d’éviter les expériences douloureuses.

Il en va tout autrement d'un troisième circuit, le système inhibiteur de l’action (SIA) (ou « Behavioral Inhibitory System (BIS) » en anglais). La mise en évidence de ce système revient à Henri Laborit au début des années 1970. Il est associé au système septo-hippocampal, à l’amygdale et aux noyaux de la base. Il reçoit des inputs du cortex préfrontal et envoie ses outputs à travers les fibres noradrénergiques du locus coeruleus et par les fibres sérotoninergiques du raphé médian. Certains reconnaissent d’ailleurs un rôle majeur à la sérotonine dans ce système.

Le SIA est activé lorsque la lutte et la fuite apparaissent impossibles et que le choix d’un comportement ne se résume plus qu’à subir passivement. Les conséquences pathologiques de cette inhibition de l'action ont permis de comprendre à quel point un stress chronique peut devenir destructeur pour l’être humai

  Présentations | Crédits | Contact | Copyleft