Le financement de ce site est assuré par vos dons, merci!
 
Le développement de nos facultés
aide

Liens
Aide Lien : La fabrication des spermatozoïdes Lien : PHYSIOLOGIE DE LA REPRODUCTION Lien : Fetal development : first trimester
Lien : Fetal development : second trimester Lien : Fetal development : third trimester Lien : La gamétogénèse Lien : La Fécondation
Lien : L'appareil reproducteur mâle et femelle Lien : Toute l'histoire de l'Evolution en accéléré... Lien : La fécondation Lien : Sex and Death
Lien : The Ark of Life: The Germ Line Lien : Spermatogenèse Lien : Oogenèse Lien : Fécondation
Tout se joue avant six ans... pas sr! Le ftus mois par mois
Capsules originales
Outil : Capsule outil: La sélection sexuelle et la théorie de l’investissement parental La sélection sexuelle et la théorie de l’investissement parental

L’ovule fécondé se divise d’abord en en deux, puis en quatre, puis en huit, etc… Ce type de division cellulaire, appelé mitose, va donc faire augmenter de façon exponentielle le nombre de cellules dans l’embryon. C’est le processus qui prédomine au tout début du développement de tous les organismes multicellulaires. Il sera à l’origine, chez l’adulte, des 100 trillions de cellules (ou 100 000 milliards) du corps humain ! Un chiffre astronomique si on le compare aux 30 000 gènes humains qui constituent les plans responsables de la mise en place de toutes ces cellules…

Le développement embryologique qui se produit durant les 9 mois de la gestation humaine est donc une chorégraphie d’une grande précision qui permet de positionner précisément chaque représentant des 300 types de cellules que l’on retrouve dans le corps humain. Chez l’humain, le processus de développement se poursuit chez le nouveau né qui doit raffiner par exemple son système immunitaire et faire les ajustements fins de son système nerveux.


DE LA FÉCONDATION À L'EMBRYON
LA MISE EN PLACE DU SYSTÈME NERVEUX LA FORMATION DES GRANDES RÉGIONS DU CERVEAU

Il nous est très difficile de concevoir comment un être humain, avec les capacités intellectuelles complexes que lui confère son cerveau, peut se développer à partir d’un embryon. Et à plus forte raison à partir de la cellule unique qui est à l’origine de l’embryon.

Or pour comprendre comment se développe notre système nerveux, il nous faut justement remonter jusqu’à la première cellule du corps humain, ou plutôt les deux premières cellules…

En effet chez l’humain, comme chez toutes les espèces à reproduction sexuée, le matériel génétique d’un individu lui vient à 50 % de sa mère et à 50 % de son père. Il y a donc des cellules spéciales qu’on appelle gamètes qui sont produites par les deux sexes et qui, en se fusionnant, vont former la première cellule avec toute l’information nécessaire pour fabriquer un nouvel individu.

Les gamètes femelles et mâles diffèrent grandement chez l’humain : un gros ovule produit par la femme chaque mois comparé à 200 ou 300 millions de minuscules spermatozoïdes produits par l’homme en un jour ! Lors de l’ovulation chez la femme, l’ovule est éjecté de l’ovaire et transporté vers l’utérus à travers les trompes de Fallope.

Les spermatozoïdes produits par les testicules de l’homme et introduit dans le vagin par l’éjaculation vont remonter dans l’utérus et les trompes de Fallope grâce à leur flagelle mobile. Les spermatozoïdes sont attirés par l’ovule dont ils doivent digérer l’épaisse membrane avant de s’y introduire. Dès qu’un spermatozoïde pénètre à l’intérieur de l’ovule, il y déclenche des changements chimiques qui empêchent l’entrée des autres spermatozoïdes.

Bien que la contribution en terme de matériel génétique entre l’ovule et le spermatozoïde soit équivalente, l’apport en cytoplasme du spermatozoïde est négligeable par rapport à celui de l’ovule. Chez les mammifères, la fécondation est complétée une douzaine d’heures plus tard alors que le noyau de l’ovule fusionne avec celui du spermatozoïde pour former la première cellule contenant tout le matériel génétique du nouvel organisme.

Tout être humain a commencé sa vie ainsi, comme un simple ovule fertilisé par un spermatozoïde. La taille de cette première cellule, aussi appelé zygote, étant environ le cinquième de celle du point à la fin de cette phrase.

Celle-ci va ensuite se diviser en 2 cellules, puis en 4, en 8 en 16 etc, aboutissant ainsi à un amas sphérique de cellules. On emploie souvent le terme de segmentation pour décrire cette première étape du développement. Cette boule se creuse ensuite progressivement d’une cavité alors qu’elle quitte la trompe de Fallope pour s’implanter dans la paroi de l’utérus. C’est seulement à ce moment que vont naître les trois couches de cellules qui vont être à l’origine de tous les organes de notre corps, y compris le système nerveux.

Le potentiel de développement d’une cellule définit le nombre de types cellulaires différents qu’elle peut engendrer. Les cellules souches sont ainsi dites « pluripotentes » car elles peuvent se différencier en plusieurs types de neurones et de cellules gliales. Seul le zygote et les deux ou quatre premières cellules qu’il produit en se divisant peuvent former absolument toutes les cellules du corps. On dit que ces cellules sont « totipotentes ».

C’est d’ailleurs la séparation précoce de ces cellules qui produira le développement de jumeaux identiques. Les jumeaux non identiques, eux, partagent 50% de leurs gènes comme des frères et sœurs puisqu’ils proviennent de la fécondation de deux ovules par deux spermatozoïdes différents.

Lien : Mieux comprendre les jumeaux Lien : Twins FAQ Lien : Twins - identical and fraternal Lien : Differential gene expression and development

 

       
Liens
Lien : Brain Development

Les premiers stades de développement embryonnaire sont cruciaux pour la formation du système nerveux. Ils nécessitent une coordination parfaite que peut perturber, surtout dans le premier trimestre de la grossesse, une mauvaise alimentation de la mère, des épisodes de fièvre, la prise d’alcool ou d’autres drogues.

Ceci dit, il naît tout de même environ 9 000 bébés à chaque heure dans le monde et la grande majorité sont en santé avec un cerveau parfaitement développé, et ce, parfois malgré des conditions de développement difficiles.


LA MISE EN PLACE DU SYSTÈME NERVEUX
DE LA FÉCONDATION À L'EMBRYON LA FORMATION DES GRANDES RÉGIONS DU CERVEAU

Le système nerveux humain commence à se former très tôt durant le développement de l’embryon. À la fin de la phase de gastrulation, une structure allongée, la notocorde, se met en place. L’embryon va alors passer d’une structure circulaire à une structure allongée, étape primordiale pour le développement du système nerveux.

La notocorde envoie à la couche de cellules située juste au-dessus d’elle (l’ectoderme) un signal qui va amener certaines d’entre elles à former la première structure à l’origine du système nerveux, la plaque neurale.

C’est le début du développement de notre système nerveux, processus aussi appelé neurulation. L’étape suivante de ce processus survient lorsque les bords de la plaque neurale commencent à se replier vers l’intérieur, formant une gouttière neurale. Celle-ci va bientôt se refermer complètement pour former un tube neural à partir duquel se construira la totalité du cerveau et de la moelle épinière.

Des défauts de fermeture du tube neural peuvent d’ailleurs avoir des conséquences dramatiques pour le nouveau-né.

Les cellules qui forment l’intérieur du tube neural, en plus d’être à l’origine du cerveau et de la moelle épinière, vont également donner naissance à la crête neurale, autre structure importante pour la suite de la mise en place de toutes les composantes du système nerveux.

À l’intérieur du tube, les cellules continuent de proliférer à un rythme qui varie le long du tube en fonction de la future structure cérébrale en formation, le cortex se développant par exemple le plus tardivement.


       
Capsules originales
Outil : Le lien entre l'ontogénie et la phylogénie Le lien entre l'ontogénie et la phylogénie

La structure du cerveau antérieur qui s’est développé le plus au cours l’évolution de l’homme et qui connaît également la croissance la plus impressionnante au cours du développement est sans conteste le cortex cérébral. Ses neurones sont le siège du langage, de la perception sensorielle consciente (vision, audition, etc.), ou encore du mouvement volontaire.

Les neurones du cortex conservent aussi durant toute la vie une grande plasticité. Cette capacité de modifier l’efficacité des connexions synaptiques est beaucoup moins marquée dans les régions cérébrales plus primitives comme le tronc cérébral.

Lien : What Is Brain Plasticity?  Video : Brain Development



LA FORMATION DES GRANDES RÉGIONS DU CERVEAU
DE LA FÉCONDATION À L'EMBRYON LA MISE EN PLACE DU SYSTÈME NERVEUX

L’apparition de vésicules dans la partie rostrale du tube neural est une étape importante du développement puisque ce sont ces vésicules qui vont devenir le cerveau des vertébrés. De leur côté, les invertébrés comme les insectes ou les mollusques n’ont pas de cerveau à proprement parler, seulement des ganglions (ou amas de cellules nerveuses) répartis à différents endroits dans leur corps. Certains invertébrés comme les pieuvres ont cependant un ganglion cérébral très développé.

Le tube neural du jeune mammifère est d’abord une structure droite. Puis, avant même que la partie caudale du tube neural n’ait commencé à se développer, la partie rostrale subit des changements spectaculaires. Au début de la 4e semaine, le tube neural s’incurve et se subdivise en trois renflements qu’on appelle les vésicules primaires (ou primitives).

De l’avant à l’arrière, ces vésicules seront respectivement à l’origine du prosencéphale (ou cerveau antérieur), du mésencéphale (ou cerveau médian) et du rhombencéphale (ou cerveau postérieur). À partir du rhombencéphale se poursuit le tube neural qui donnera naissance à
la moelle épinière.

Après la mise en place de ces trois régions cérébrales primitives, deux de celles-ci vont à leur tour se subdiviser pour former les cinq grandes subdivisions du cerveau.
  Présentations | Crédits | Contact | Copyleft