Le financement de ce site est assuré par vos dons, merci!
 
Au coeur de la mémoire
aide

Oubli et amnésie


Liens
AideLien :  What Is Brain Plasticity? Lien :  Plasticité du cerveauLien :  Evolution Channel : Neuronal Plasticity
Lien :  The Brain that Changes ItselfExpérience : Tool-use induces morphological updating of the body schema   Lien :  Traduction de cette page en polonais  -  Plastycznosc w sieciach neuronowych  
Capsules originales
Outil :  Identification des voies cérébralesIdentification des voies cérébrales
Outil: Le darwinisme neuronal Le darwinisme neuronal

Voir avec sa langue, un cas de substitution sensorielle

La musique, un futur sujet parmi tant d’autres

Un même type de connectivité pour le cerveau et l’univers?

Des « liens-cadeaux » pour finir l’année 2014

Avez-vous un esprit « atypique » ?

Trois auteurs comme autant de planètes à découvrir

Chaque semaine pendant un an et demi, il prend en photo… son cerveau !

Norman Doidge et la plasticité cérébrale

Enseigner la biologie avec les concepts d’hier ou d’aujourd’hui ?

Des aveugles qui « voient » par écholocation !

L’été, un bon temps pour contempler la complexité du vivant

La caractéristique fondamentale qui permet la mémoire et l'apprentissage est la plasticité de notre cerveau. Autrement dit, la capacité des neurones à modifier leurs connexions pour rendre certains circuits nerveux plus efficace.

Et efficace pour quoi faire ? La plupart du temps pour permettre l'expression d'un nouveau comportement mieux adapté aux exigences du milieu. Donc plus susceptible de préserver la structure de l'organisme et d'améliorer ses chances de survie…

LA PLASTICITÉ DES RÉSEAUX DE NEURONES

Chaque fois que nous apprenons quelque chose, des circuits nerveux sont modifiés dans notre cerveau. Ces circuits sont constitués d'un certain nombre de cellules nerveuses (ou neurones) qui communiquent entre elles par des jonctions particulières appelées synapses.

Ce sont ces synapses qui augmentent leur efficacité suite à un apprentissage, facilitant ainsi le passage de l'influx nerveux dans un circuit particulier. Par exemple, lorsqu'on entend un nouveau mot, de nouvelles connexions entre certains de nos neurones sont sollicitées : certains du cortex visuel pour en reconnaître l'orthographe, d'autres du cortex auditif pour en entendre la prononciation, d'autres encore dans les régions associatives du cortex pour le relier à d'autres connaissances.

Or pour apprendre ce nouveau mot, on se le répète un certain nombre de fois, ce qui a pour effet de sélectionner et de renforcer les connexions entre ces différents circuits du cortex. Et c'est cette nouvelle association durable entre certains neurones qui formera le souvenir de ce mot. L'efficacité de cette association pouvant dépendre bien sûr de plusieurs facteurs.


Pour se remémorer ce mot des jours ou des années plus tard, faut réussir à réactiver ces circuits nerveux. On comprend qu'il sera d'autant plus facile de le faire que le circuit aura été fortement façonné par un passage répété de l'influx nerveux dû à un long apprentissage. Au contraire, si l'on ne s'est répété le mot que quelques fois, les connexions entre les nouveaux neurones sont plus faibles, et le nouveau circuit plus difficile à réactiver.

Tous nos souvenirs (événements, mots, images, émotions, etc.) correspondent donc dans notre cerveau à l'activité particulière de certains réseaux de neurones ayant des connexions renforcées entre eux.

Nos neurones sont un peu comme une forêt où l'on fait circuler de l'information. A force de prendre le même chemin dans une forêt, il se crée un sentier. Et ce sentier est d'autant plus facile à trouver qu'il s'est profondément creusé à force d'y passer. Et c'est la même chose pour nos souvenirs: plus on les repassent dans notre tête, plus ils se gravent profondément dans nos connexions nerveuses.
  Présentations | Crédits | Contact | Copyleft