Le financement de ce site est assuré par vos dons, merci!
 
Le corps en mouvement
aide

Liens
Aide Lien : L'imagerie mentale et la répétition mentale Lien : Visualization in Sport Lien : IMAGERIE ET REPETITION MENTALE AU TENNIS
Lien : Helping Athletes Find Their "Zone of Excellence"  Lien : How The Brain Rewires Itself
Chercheur
Chercheur : Derrière les succès de Surin: l'entraîneur Michel Portmann Chercheur : Serge Rossignol, Chercheur en neurosciences
Expérience
Expérience : Involuntary motor activity in pianists evoked by music perception.

« La cognition incarnée », séance 10 : Comment l’environnement entre dans notre cerveau (cognition ancrée et représentation modale)


En 1998, pratiquement tous les membres de l’équipe olympique canadienne disaient utiliser au moins une fois par jour des procédures de répétition mentale par imagerie. Chacune de ces séances durait en moyenne 12 minutes. La visualisation du mouvement, en plus d’améliorer l’efficacité de celui-ci et de permettre au corps de récupérer, affecterait aussi positivement des facteurs psychologiques comme la confiance, la concentration et la motivation.


Si vous vous glissez derrière un serveur et que vous soulevez à son insu une bouteille qu’il porte sur son plateau à bout de bras, vous verrez le plateau se soulever brusquement avec le lever de la bouteille. Si, par contre, le garçon prend lui-même sa bouteille, le plateau ne bougera pas d’un centimètre : le cerveau a anticipé la variation de poids et a provoqué un ajustement musculaire parfaitement ajusté.

Voici une autre situation qui met en évidence la complexité du contrôle moteur. Pendant que vous êtes assis à votre bureau, levez votre jambe droite et formez des cercles en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre. Ensuite, pendant que vous faites cela, dessinez le chiffre "6" dans les airs, avec votre main droite. Regardez maintenant votre pied : il a changé son sens de rotation sans que vous ne lui en ayez donné l’ordre !

L'IMAGERIE MENTALE D'UNE ACTION

Ce qui entre dans notre cerveau provient de nos sens et ce qui en sort s’exprime sous forme de mouvement, la parole impliquant elle aussi la contraction de plusieurs muscles. Le corps humain comprend au moins 600 muscles qui déplacent un squelette de plus de 200 os. Il constitue ainsi un formidable arrangement de leviers et de ressorts dont la fine mécanique doit être coordonnée par notre système nerveux.

Chez l'être humain, bien que l'élaboration de mouvements volontaires ait atteint un haut degré d'originalité et de précision, il est bon de rappeler que nous conservons aussi beaucoup de réflexes qui nous facilitent la vie et qui sont apparus il y a très longtemps au cours de l’évolution.

Cependant, même les mouvements volontaires les plus simples sous-tendent des commandes motrices d’une extrême complexité. Ce qui a fait dire à certains qu’il était sans doute plus facile de comprendre comment on construit les navettes qui vont dans l’espace que d’expliquer comment les astronautes font pour y grimper.

Apprendre de nouveaux mouvements demande de la concentration. Mais en s’entraînant, l’exécution de ces mouvements peut devenir complètement automatique. C'est cette libération de la pensée qui permet au pianiste professionnel de laisser parler ses émotions quand il joue, par exemple. On y parvient en répétant le geste un grand nombre de fois ce qui, avec le temps, va rendre plus efficace les connexions du circuit nerveux sollicitées par le nouveau mouvement.

Mais il semble qu’il y ait une autre façon d’améliorer l’exécution d’un geste à part la répétition pure et simple de ce geste : simplement penser au geste en question ! C’est ce que l’on appelle l'imagerie mentale, qui est une technique de plus en plus utilisée par les athlètes pour améliorer leurs performances sportives (voir encadré).

Si le seul fait de se répéter mentalement un mouvement le rend ensuite plus efficace, c’est qu’il semble que le cerveau ne fasse pas une grande différence entre le fait d’exécuter réellement un mouvement et celui de le visualiser intérieurement.

 

Depuis l'invention par Étienne Jules Marey de la chronophotographie qui donna par la suite naissance au cinéma, l'étude du mouvement humain passe par les images. Des images prises à intervalle régulier qui, lorsqu'elles sont superposées, concrétisent la trajectoire des mouvements du corps dans toute leur grâce et leur précision.

 

Chercheur :  Etienne-Jules Marey   Lien: Eadweard Muybridge collotypes



Outre l’augmentation de l’efficacité des connexions d’un circuit nerveux, l'encodage d'une voie nerveuse suite à un apprentissage peut aussi se faire, curieusement, en diminuant l'efficacité de certaines connexions. C'est de cette façon que le cervelet s'y prend pour améliorer la coordination des nouveaux mouvements que l'on est en train d'apprendre. C'est un peu comme s'il "calmait" certaines voies nerveuses qui nuisent à la fluidité d'un mouvement.

  Présentations | Crédits | Contact | Copyleft