Le financement de ce site est assuré par vos dons, merci!
 
Le plaisir et la douleur
aide

La quête du plaisir

L'évitement de la douleur

AideLien : Nucleus accumbensLien : Rule Based Striatum Segmentation

Un stimulus sensoriel qui n’apporte ni récompense ni punition est rapidement ignoré et oublié. C’est le phénomène de l’habituation qui nous fait oublier le contact de nos vêtements avec notre peau ou le tic tac de l’horloge du bureau.

Rien de positif ou de négatif n’étant associé à ce stimulus, on l’ignore tout simplement, libérant ainsi notre attention pour l’apparition d’éventuelles récompenses ou de réels danger.

Ce mécanisme permet donc de sélectionner parmi l’information qui parvient à nos sens celle qui a une valeur pour l’organisme, généralement une partie infime de ce que nos sens perçoivent.

LES CENTRES DU PLAISIR

Pour qu'une espèce survive, ses individus doivent en premier lieu assurer leurs fonctions vitales comme se nourrir, réagir à l'agression et se reproduire. L’évolution a donc mis en place dans notre cerveau des régions dont le rôle est de "récompenser " l’exécution de ces fonctions vitales par une sensation agréable.



Ce sont ces régions, interconnectées entre elles, qui forment ce que l’on appelle le circuit de la récompense.

 

 

L’aire tegmentale ventrale (ATV), un groupe de neurones situés en plein centre du cerveau, est particulièrement importante dans ce circuit. Elle reçoit de l’information de plusieurs autres régions qui l’informent du niveau de satisfaction des besoins fondamentaux ou plus spécifiquement humains.



L’aire tegmentale ventrale transmet ensuite cette information à une autre structure cérébrale située plus en avant : le noyau accumbens. Cette transmission s’effectue grâce à un messager chimique particulier, la dopamine. Son augmentation dans le noyau accumbens, et dans d’autres régions, aura alors un effet de renforcement sur des comportements permettant de satisfaire nos besoins fondamentaux.

  Présentations | Crédits | Contact | Copyleft