Le financement de ce site est assuré par vos dons, merci!
 
Le plaisir et la douleur
aide

La quête du plaisir

L'évitement de la douleur

L’ocytocine contribue au lien amoureux chez l’homme

« La cognition incarnée », séance 12 : Influences émotionnelles de l’environnement social (complémentarité du système nerveux, hormonal et immunitaire)


L’expérience qui a permis dans les années ’50 de mettre en évidence le circuit de la récompense fut le fruit du travail de deux chercheurs, Olds et Milner. Cette expérience a été répétée plusieurs fois depuis, avec toutes sortes de variantes, mais fonctionne pour l’essentielle de la façon suivante.

On implante des électrodes dans le noyau accumbens du cerveau d'un rat. En appuyant sur un levier, le rat peut stimuler lui-même la région en question de son cerveau. Résultat: une fois qu'il a découvert le truc, le rat s'auto-stimule sans arrêt, ne prenant même plus le temps de manger.

La stimulation directe de ce circuit est donc tellement puissante que l’animal en oublie ses besoins fondamentaux. C’est exactement ce qui se passe avec la prise de drogues

Chercheur : James OldsExpérience : The Discovery of the Reward PathwayExpérience : L'autostimulation électrique chez le ratLien : conférence sur le plaisir dirigée par Jean-Didier Vincent
LE CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE


Manger, boire, se reproduire ou avoir un comportement maternel sont toutes des activités essentielles pour la survie de l’individu et de l’espèce. Au cours de l’évolution, la sélection naturelle a associé à ces comportements de fortes sensations de satisfaction.


Un véritable circuit de la récompense s’est donc développé pour favoriser ces comportements reliés à nos besoins fondamentaux. Ce circuit s’est ensuite élargi pour nous inciter à répéter les expériences plaisantes apprises au cours de la vie.

 

Le circuit de la récompense est donc au cœur de notre activité mentale et oriente tous nos comportements. Ce circuit est complexe mais il comporte un maillon central qui semble jouer un rôle fondamental.



Il s’agit des connections nerveuses qui relient deux petits groupes de neurones particuliers. L’un est situé dans l’aire tegmentale ventrale (ou ATV) et l’autre dans le noyau accumbens.

 

 

 

Le messager chimique qui assure la connexion entre ces neurones est la dopamine. C’est à cet endroit que la plupart des drogues agissent et produisent une dépendance.

 


  Présentations | Crédits | Contact | Copyleft